Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Philosophie vs idéologie

Dans une récente discussion sur la guerre de Vendée, que je qualifiais d’idéologique, une internaute faisait remarquer que nous avons tous une forme d’idéologie même si nous nous en défendons. De mon côté je  vois dans l'idéologie une forme particulière, autoritaire, dictatoriale de la pensée, et surtout de la pensée politique.

 

idéologie,philosophie,pensée,autoritaire,totalitarisme,explication,étonnement,grâce,sexe,viol,surprise,féminisme,

Aucun doute n’est permis

 

Cette interlocutrice a cité opportunément le dictionnaire en ligne cnrtl.fr, qui définit ainsi la notion d’idéologie:

 

« Ensemble plus ou moins cohérent des idées, des croyances et des doctrines philosophiques, religieuses, politiques, économiques, sociales, propre à une époque, une société, une classe et qui oriente l'action. Idéologie chrétienne, conservatrice, révolutionnaire, réactionnaire, gaulliste, libérale, nationaliste. Sur le plan politique, c'est le développement des idéologies marxistes, socialistes, syndicalistes, qui s'affirment, par des partis et des institutions, dans tous les pays, dans toutes les classes, dans toutes les races.  »

 

Bien que le cnrtl soit aussi ma référence sur internet, cette définition n’est pas complète à mes yeux. Je pense que ce qui caractérise une idéologie tient à ceci:

 

  • la recherche justement d’une cohérence forte; les contradictions y sont minimisées, ou trop expliquées ou simplement évacuées ou ignorées;
  • la tentation d’avoir réponse à tout et d’englober la plus grande part du réel, voire tout le réel; elle ne peut être prise en défaut; l’élan d’une idéologie vise la totalité, et peut donc produire un discours et une pratique totalitaires: tout doit être expliqué, tout peut être expliqué, et c’est valable pour tout le monde;
  • idéologie,philosophie,pensée,autoritaire,totalitarisme,explication,étonnement,grâce,sexe,viol,surprise,féminisme,cherchant à avoir réponse à tout l’idéologie n’observe pas vraiment le réel, elle ne repose pas sur une expérience, elle est théorique, part de quelques idées et impose son analyse au réel qu’elle soumet plus qu’elle ne l’explore;
  • elle se réalise, tôt ou tard, par des contraintes sur les individus; elle peut justifier l’éradication de groupes d’individus;
  • ceux qui la professent tenteront toujours de l’imposer; ils ne laissent que très peu de place à l’incertitude.

 

 

L’exemple du gender

 

Ces quelques tentatives de définir l’idéologie sont le produit d’une conception plutôt moderniste du terme. A l’origine, comme le suggère le cnrtl dans une partie non citée ici, l’idéologie a été définie comme une science des idées, de leur nature, de leur origine issue du monde sensible. 

 

Etrangement je me retrouve dans cette origine car elle pose comme base de la construction des idées le monde sensible, ce que je nommerais l’expérience du monde, ou le monde de l’expérience. Mais aujourd’hui une idéologie n’a plus besoin de faire l’expérience du monde: elle fait plier le monde. L’idéologie nazie, constituée entre autre de l’idée d’une race aryenne supérieure aux autres races, ne peut pas être démontrée par les faits. Elle n’est qu’une abstraction, une tentative d’articuler ensuite toute une série de choix politiques et culturels, dont la domination du monde et l’extermination d’autres races sont des conséquences « normales ».

 

En ce sens la théorie du gender est un exemple utile: il démontre sous nos yeux la constitution d'une idéologie sur les racines du féminisme radical. Les différences de genre ne seraient (suite...)

Les commentaires sont fermés.