Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Le prophète et la bite subliminale

La guerre exalte les comportements masculins. Normal: les hommes y sont assignés depuis des millions d’années. Le baston est donc plutôt une affaire d’hommes. Pas que, mais plutôt.

charlie hebdo,islam,prophète,caricatures,attentat,paris,Apologie papale de la violence?

En cas de conflit les comportements masculins sont assez simples. On commence par faire gonfler ses plumes pour intimider l’adversaire. Parfois cela suffit. Par exemple le pape François déclare que quand on cherche la bagarre on la trouve. «Si un grand ami parle mal de ma mère, il peut s'attendre à un coup de poing, et c'est normal.» La formule de François est cinglante et explicite. Dirait-on pas des gamins dans la cour de récré? «Fais gaffe hein, ou j’te mets mon poing sur la gueule! Tu s’ras plus mon copain.»

Je n’ai par contre lu personne accuser le pape d’apologie de la violence. Pourtant c’est le cas, toutes proportions gardées. La réponse qu’il suggère comme normale à une offense est la violence physique. Les terroristes n’auraient donc fait que «défendre leur mère», symboliquement. Si le pape s’appelait François-Dieudonné M’Bala M’Bala il serait déjà en garde à vue, même si leur «mère» est en réalité un homme qu’ils idolâtrent sans modération et que la moderne confusion des genres ne saurait atteindre. J’ajoute qu’à une époque où des parents vont au tribunal pour avoir donné une claque sur les fesses de leur gamin, cet aphorisme papal et pas pâle replace l’église au milieu du village.

charlie hebdo,islam,prophète,caricatures,attentat,paris,Car cet attentat rappelle l’importance du corps. Sans morts, on en aurait à peine parlé. On le constate en Belgique où trois présumés terroristes ont été tués ou arrêtés il y a deux jours: personne n’est descendu dans la rue. Pas de morts civils à pleurer. Il faut que le corps soit touché pour émouvoir. Incarnation: le corps est le lieu des événements, le moyen de vérifier nos idées. On peut dire tout ce que l’on veut à un enfant pour le faire obéir: s’il refuse énergiquement il faut utiliser la contrainte - par exemple le tenir par le bras et l’emmener malgré sa volonté. Tous les parents le savent. Notre époque voudrait gommer les rapports de force alors qu’ils sont un peu partout. Les tueurs nous l’ont rappelé. Les tueurs n’avaient pas peur de mourir, de sacrifier leur corps.


charlie hebdo,islam,prophète,caricatures,attentat,paris,Tête de noeud

Charlie a dès lors répondu comme au bac à sable, sous le prétexte de sa propre fidélité à lui-même. La une du dernier numéro - je ne l’ai pas acheté, je ne suis pas fan de Charlie et de ses dessins un peu crades, mais c’est difficile de ne pas la voir partout - est ainsi la une de la continuité.

Comment Charlie a-t-il répondu? Par un dessin de bite. Si, si. J’ai reçu hier un courriel qui souligne le message subliminal de cette une. Je l’avais déjà remarqué. Si l’on regarde bien le dessin (image 1) on constate immédiatement que le turban est formé de deux boules. Ce n’est pas une forme de turban, ce sont des couilles. Le reste du visage, allongé, fait penser à un pénis au repos. Le groupe nez/yeux représente également une forme de pénis non excité et ses deux couilles (image 2). Ce sont des bites, même si on ne les identifie pas immédiatement. Leur forme est prégnante. Des bites subliminales. Traduction: Mahomet tête de nœud. Élégant, mon cher Watson.

Ces deux bites sont dans l’esprit de Charlie: (suite...)

Les commentaires sont fermés.