Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Critique masculine de la prostitution

Quelle fierté d'homme peut-on trouver à faire l'amour en payant?

J’invite les hommes à ne plus fréquenter de prostituées. Je les invite à ne plus payer pour du sexe. La prostitution est une exploitation économique et sexuelle des hommes et il n’est pas bon que leur sexualité soit ainsi utilisée sans être valorisée. Il n’est pas bon non plus que l’argent péniblement gagné par les hommes parte par milliards pour des prestations de basse qualité et insatisfaisantes.


hommes,femmes,prostitution,exploitation,sexe,tarif,désir,besoin,frustration,prostituée,partage,argent,estime,érotisme,Certains et certaines ont compris que la sexualité masculine est, par nature ou par culture, facilement frustrée. La prostitution est un business qui croît sur cette frustration, sans jamais l’éteindre - il faut garder les clients. Si les prostituées donnaient un vrai plaisir, et de la considération au client, celui-ci, mieux reconnu dans ses besoins, mieux satisfait, pourrait consommer moins de relations tarifées. Comme souvent c’est le manque qui entretient la clientèle.

Sans désir masculin insatisfait, la prostitution n’existerait donc pas. Cela vaut pour la prostitution masculine comme féminine, les clients étant dans la très grande majorité des hommes. Le prostitué ou la prostituée a très bien compris l’insatisfaction profonde des hommes en matière de sexualité. La prostitution et la pornographie servent à donner un semblant de contentement. Mais ce contentement, sans réel partage, est artificiel. Une passe de quinze minute douche comprise, avec une femme qui n’attend que le fait que l’homme ait terminé, est à la fois un mépris du client et une piètre prestation professionnelle. Que des hommes acceptent cela montre à quel point de souffrance du manque et de mésestime d’eux-mêmes ils peuvent en arriver.

Beaucoup d’hommes ont des envies qui ne sont ni remplies ni satisfaites. Certains n’ont pas les atouts de séduction pour trouver une femme. D’autres sont trop pauvres pour être hommes,femmes,prostitution,exploitation,sexe,tarif,désir,besoin,frustration,prostituée,partage,argent,estime,érotisme,considérés comme de bons partis. D’autres, immigrés par exemples, peinent à trouver une partenaire accueillante. Le client des prostituées est habituellement décrit dans la doxa actuelle comme un exploiteur et un dominant. Le dominant fait piètre figure quand on sait que la grande majorité des clients sont de petites gens, des hommes simples avec un petit salaire, qui donnent parfois 10% de leurs revenus à des professionnelles qui elles peuvent gagner 5’000 ou 10’000 euros par mois. L’inégalité et la dissymétrie des sexes est flagrante. Pour un peu de rêve et de reconnaissance des hommes se dépouillent au profit d’une catégorie qui exploite leurs besoins et leur portefeuille avec un cynisme non dissimulé.

Donc:

- les hommes n’ont, semble-t-il, pas les mêmes besoins que les femmes en matière de sexualité (et d’affectivité, cela allant souvent de pair);

- leurs besoins tant sexuels qu’affectifs ne sont pas... (suite) 

Les commentaires sont fermés.