Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Différences hommes-femmes: le corps incontournable

Les Femen confirment les différences hommes-femmes: elles sont tombées sur un os masculin. L’os - ou les os - de quelques manifestants hommes dimanche à Paris. Elles ont agressé le cortège puis se sont faites agresser en retour. Et se sont enfuies, abandonnant leur superbe médiatique perdue dans la fumée. Mais pourquoi n’ont-elles rien vu venir?

paradis_perdu-1.jpgLe mythe du retour

Elles qui promènent leur corps symbolique en Ukraine et en France, elles ont rencontré la puissance du corps de  chair. Pensaient-elle qu’elles n’étaient qu’images? Que les photos de leurs seins nus et de leurs petites culottes étalées dans la presse n’étaient que virtuelles? Qu’elles pouvaient traverser les murs ou les cortèges de manifestants comme de purs esprits indifférenciés? Combien de fois ont-elles dû jubiler à faire la une des médias.

Dimanche c'était moins glorieux. Elles ont été trop loin pour que leur action ne reste qu’un spectacle de rue. Elles sont entrées dans le réel. Elles ont rencontré le corps réel, vivant, habité de pensées, d’émotions, de chair. Ces corps qu’elles agressaient par des injures et des fumigènes n’ont plus été passifs. Ils ont soudain réagi. Ils se sont mis à exister et à leur rappeler leur propre existence. En répondant à l’agression des Femen ils ont rétabli la dure réalité des corps. Des corps masculins et des corps féminins. En quelques secondes l’hypothèse de l’indifférenciation s’est écroulée sous la force réelle des corps. Toute l’ambiguïté des genres supposés indifférenciés a été réduite à ce qu’elle est: une histoire que l’on se raconte. Un mythe moderne, réécriture d’un androgynat primordial comme au temps du Paradis biblique.

L’indifférenciation est un mythe du retour au même titre que le mythe biblique du Paradis perdu.

Mais le retour n’est pas possible. L’involution vers un sexe unique et des comportements indifférenciés (indifférenciation des genres) n’est pas dans le sens de l’Histoire et de la biologie. L’Histoire ne va que dans un sens, celui de la différenciation. Ce qui a été montré dimanche est que l’on ne traite pas les femmes et les hommes de la même manière. Ainsi une députée PS déclarait: «... un principe de base des sociétés humaines, qui est qu'un homme ne frappe pas une femme.»

Et hier une manifestante française des Femen racontait dans une interview au quotidien Libération:

« On s’attendait à une réaction, mais pas aussi rapide et violente. On pensait que la sécurité allait nous attraper et nous virer, pas que cinq personnes mettraient une fille à terre et lui donneraient des coups de poings et de pieds.»

«... pas que cinq personnes mettraient une fille à terre.»


Réhabiliter la différenceparadisperdu-2.jpg

En deux déclarations le féminisme se range enfin à la réalité: femmes et hommes sont différents et ne doivent pas être traités de la même manière. Les femmes...

(suite)

Les commentaires sont fermés.