Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Suicide d’une ado au Canada: internet, zone de non-droit

Amanda Todd est cette adolescente qui s’est suicidée pour avoir été harcelée sur Facebook. Anonymous a retrouvé la trace du présumé harceleur et a donné publiquement son nom et son adresse. Ce qui pose une fois de plus la question de la pratique du tribunal d’opinion.


amanda todd,internet,facebook,forum,chat,suicide,adolescente,harcèlement,calomnies,droit,justice,famille,police,far west,arbitraire,anonymous,On sait que le net et Facebook en particulier sont des espaces publics où le droit est appliqué au lance-pierre. C’est même assez clairement des espaces de non-droit. Les harcèlements, le vol, le plagiat, les calomnies, le chantage, la mise en ligne d’images sans l’accord de l’intéressé y sont fréquent. Aujourd’hui les parents doivent impérativement en avertir leurs enfants.

Amanda Todd avait 12 ans quand elle a rencontré sur un forum de discussion un homme avec lequel elle a sympathisé. Enfin, sympathiser est un faible mot: à la demande de cet homme elle a montré sa poitrine à l’écran. Pourquoi a-t-elle fait cela? Que cherchait-elle à 12 ans en faisant cela? On n’en sait rien.

L’homme a gardé l’image et l’a diffusée sur une page Facebook que les amis de l’adolescente et les parents d'élèves pouvaient consulter. Que s’est-il passé? Amanda a été la cible de moqueries, d’insultes et d’humiliations. Ses «amis» se sont lâchés sur elle. Au point où elle a dû changer d’école, à deux reprises. Ses parents voulaient probablement la soustraire au harcèlement. Mais à chaque fois le preneur de photo retrouvait sa trace et diffusait l’image auprès de ses nouveaux amis.

Après trois ans de cette pression Amanda s’est suicidée, après avoir posté une vidéo sur youtube. Anonymous a décidé de la venger en publiant, selon eux, les noms et adresse de l’auteur présumé de la diffusion des images.

La première question est bien sûr à son propos: pourquoi, mais pourquoi bon sang est-elle allé montré sa poitrine à un inconnu sur le net? Je veux bien qu’à 12 ans on ne voie pas tous les dangers, ou que l’on commence à vouloir se lancer des défis. Mais enfin, combien de filles montreraient ainsi leurs seins?

La deuxième question est: pourquoi la police et la justice n’ont rien fait? Si anonymous a réellement trouvé la trace de l’homme, la police pouvait le faire. Une plainte a-t-elle été déposée? Qu’ont fait ses parents, qui devaient être au courant puisqu’ils ont changé plusieurs fois leur fille d’école?

La troisième question est: comment les autres adolescents ont-ils pu s’acharner contre elle alors qu’elle était déjà si mal et subissait ce harcèlement? Où est l’humanité et l’empathie? Personne, pas un adulte, n’a raisonné ce troupeau, cette meute d’ados inconscients et cruels pour qu’Amanda retrouve une place digne parmi eux?

Enfin de quel droit la justice devient-elle une vengeance? La publication faite par anonymous est inacceptable. On ne fait pas la loi soi-même sans se placer du même bord que les criminels que l’on désigne au lynchage populaire. Anonymous ne vaut pas mieux, ne fait pas mieux que le harceleur, même si ses intentions sont autres.

Le tribunal de l’opinion, que je mentionnais déjà hier à propos du procès de Créteil et à d’autres occasions, est une dérive des plus dangereuses. Cela ouvre la porte à tous les abus, sans plus de vérification, sans procès.

Anonymous contribue à faire retourner nos sociétés à l’état de protection de l’individu qui prévalait aux temps du Far-West. C’est-à-dire à une forme d’arbitraire où n’importe qui peut se proclamer justicier et pendre ou faire pendre haut et court sans autre forme de procès.

Autant le suicide de l’adolescente est choquant - même si des éléments de compréhension sur son comportement et celui de son entourage manquent, autant la pratique d’anonymous est tout aussi choquante et malsaine. Elle est même criminelle. Ce n’est pas loin de l’incitation à l’agression, voire au meurtre.

Les commentaires sont fermés.