Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Compétition ou coopération: une distinction hommes-femmes?

Markus Theunert, ex-Délégué aux questions masculines du Bureau zurichois de l’égalité, posait hier un principe: «La lutte des sexes n’est pas envisageable, car elle ne peut être gagnée. Il n’existe tout simplement aucune perspective stratégique en dehors de la coexistence et de la coopération entre hommes et femmes.» Ce préalable devrait figurer en tête de toute déclaration d’intention sur l’égalité des sexes.

compétition,coopération,hommes,femmes,féminisme,lutte,sexes,différence,masculin,féminin,culture,nature,rôles,stéréotypes,travail,Parité et liberté

Il n’y a aucune finalité positive à une quelconque guerre des sexes. Toute généralisation dénigrante, toute stigmatisation est nulle et non avenue, de quelque bord qu’elle vienne. Cela étant posé, rien n’interdit de rechercher les différences entre les femmes et les hommes. La quête d’une identité spécifique, qu’elle soit culturelle ou biologique, reste d’actualité. Si l’on admet d’ailleurs qu’il y a des réalités spécifiquement féminines, on doit aussi admettre qu’il y a des réalités spécifiquement masculines. Sans quoi parler d’égalité n’aurait aucun sens. L’existence d’un féminisme est la preuve d’une distinction entre les hommes et les femmes. Distinction qui ne signifie nullement subordination ou différence de valeur.

La parité, soit la représentation numériquement égale des hommes et des femmes dans les administrations publiques comme dans les activités privées, conduit à quelques réflexions:


1. Dans le contexte de la fin de la répartition des rôles qui prévalait jusqu’au XXe siècle, la parité est un coup d’accélérateur à la présence des femmes dans le monde du travail et de la politique. Toutefois on remarque aussi que les besoins de l’économie ont plus fait pour cette présence des femmes dans le monde du travail que l’idéologie de la parité. Notons aussi qu’en fait les femmes n’ont jamais été absentes du monde du travail. Dans le passé européen entre autre, elles excellaient dans l’artisanat, le commerce, la gestion de l’exploitation familiale et en remplacement des hommes pendant les guerres. La parité ne serait aujourd’hui utile qu’aux postes les plus élevés de pouvoir et d’argent et en politique. A noter qu’elle n’est jamais demandée pour les postes les plus bas de la hiérarchie sociale: éboueurs, manoeuvres de chantier par exemple.


2. La parité est malheureusement une contrainte politique contraire aux sociétés de liberté et de libre détermination des individus. Car elle devrait imposer le retrait des femmes enseignantes au profit d’hommes pour atteindre une égalité numérique, et aussi de femmes soignantes au profit d’hommes. La logique de la parité est contraignante également dans les filières de formation. En effet pour ne pas former des individus pour rien, il faut dès le départ qu’il y ait autant de femmes que d’hommes dans toutes les filières et dans tous les niveaux préparatoires. Par exemple il faudrait retirer le droit de faire des études de médecine à un certain nombre de femmes, puisqu’elles sont plus nombreuses que les hommes. La différence est encore plus forte dans les sciences sociales.

La parité devient donc contraire à la liberté et au libre choix du métier ou de la manière de compétition,coopération,hommes,femmes,féminisme,lutte,sexes,différence,masculin,féminin,culture,nature,rôles,stéréotypes,travail,chacune et de chacun de s’investir dans le monde. Ce n’est pas une vue de l’esprit: faire des goulets d’étranglement paritaires à l’arrivée, dans le travail, obligera à anticiper et à contraindre à une parité dès la formation, et peut-être dès les premières filières scolaires. Si donc il y a plus de filles douées en sciences, certaines n’auraient pas le droit de développer leur talent à cause de la parité. On les remplacerait par des garçons moins bons, uniquement pour une question de nombre et non de qualification. Dans ce sens la parité tirera la société vers le bas.

Parité et liberté ne font donc pas bon ménage. L’évolution vers la parité est une évolution vers une société de contrainte où la libre détermination ne sera plus une référence fondamentale. Ce qui mettrait en cause toute la philosophie libérale du libre consentement, dans le domaine de la formation, mais pourquoi pas aussi par contagion et par souci de cohérence dans le domaine du couple?


Les besoins des hommes

Suite ici.

Les commentaires sont fermés.