Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Injures de rue: la réaction d’Oser le féminisme

L’association Oser le féminisme a réagit au film de Sofie Peeters sur les injures faites à Bruxelles. Cette association radicale s’est fait remarquer par la campagne «Oser le clitoris», entre autre.

drague-rue4--ou-realite.jpgL’association a donc donné son avis suite au film de Sofie Peeters, film critiquable tant sur la méthode que sur la documentation. Pour mémoire il ne fournit aucun chiffre et laisse entendre que les maghrébin sont des harceleurs et injurieurs de femmes.

Dans une tribune du Monde, Oser le féminisme, officine du parti socialiste français, remet en avant une supposée domination masculine comme un fait général et universel.

«Le phénomène de harcèlement, qui s'inscrit dans un continuum des violences machistes, entretient le sentiment que la rue est un espace masculin dans lequel les femmes ne peuvent circuler de manière pleinement libre et sûre, à toute heure du jour et de la nuit.»

Et encore:

«Le harcèlement de rue, comme tous les autres types de violences faites aux femmes, découle d'une idée encore sous-jacente dans notre société patriarcale : les corps des femmes sont à la disposition des hommes et soumis à leurs désirs.»

On remarquera le «continuum de violences machistes», laissant entendre comme d’habitude que cette violence est générale et permanente. Massive, donc? Cela on sait que c’est faux. Les chiffres sur la violence envers les femmes montrent que celles-ci ne sont le fait que de d’environ 2% d’hommes en ce qui concerne les violences physiques. Et que la même violence s’exerce des femmes sur les hommes dans une proportion moindre de moitié ou égale selon les indicateurs.

Il n’y a pas de «continuum de violences machistes». Il n’y a pas de généralisation de violence masculine. Il n’y a pas non plus de généralisation de la violence féminine.

On peut ajouter que la rue est un espace où les femmes et les hommes «ne peuvent circuler de manière pleinement libre et sûre, à toute heure du jour et de la nuit.»


Suite...

Commentaires

  • Très bonnes informations. Par chance j'ai trouvé ce site. Je le garde dans mes favoris pour plus tard!

  • Si si, ces violences sont massives. Rares, très rares sont les femmes qui n'ont jamais été insultées, menacées, victimes d'attouchements ou de tentatives de viol, violées, sans parler des tortures et des meurtres.
    Selon le Conseil de l'Europe, (un repaire de féministes radicales ? je ne pense pas), la première cause de mortalité des femmes de 16 à 44 ans est le meurtre par le conjoint ou ex-conjoint.
    De l'insulte sexiste au féminicide, de la banalisation du viol et de la tolérance envers les agresseurs, les femmes vivent dans un climat malsain de continuum des violences, des menaces, de la haine misogyne.
    Le court-métrage ne laisse pas "entendre" quoi que ce soit. Il montre. Savez-vous, monsieur, ce qu'est la vie d'une femme? Je ne pense pas.

    Et au fait, on dit : OLF, et on dit : "OseZ le féminisme". Revoyez vos sources.

    Sans rancune ;-)

Les commentaires sont fermés.