Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

6 août 1945, Enola Gay

Enola

(version musicale en fin)

C'est un beau paysage où coule une rivière
C'est un jour de moisson, et le blé qui s'éveille
Une brume effilée effleure les lisières
C'est un matin d'été juste avant le soleil

enola gay,bombe A,hiroshima,guette,La terre est blonde et calme et pleine de ces bruits
Que font les pieds légers des renards attentifs
Et les furets cachés au profond des taillis
Imprégnés de parfums veloutés et festifs

La nuit s'en est allée à pas de souveraine
Et les feuilles frémissent comme frémit la mer
L'aurore si tranquille est venue par la plaine
Et voilà les oiseaux et le ciel déjà clair


Le vent glisse à l'indienne  sur cette ancienne terre
Il garde la mémoire de tribus d'hommes sages
Et de guerriers venus du ventre de ces mères
Qui ont porté leur vie avec tant de courage

Ces mères dont le regard sans peur dit les orages
Et voit les convulsions dont nous sommes bercés
Elles guettent à l'horizon au-delà des nuages
Le retour des cœurs purs cherchant l'éternité

Qu'êtes-vous devenues femmes, et vous guerriers
Apaches ou Lakotas aujourd'hui disparus
La plaine a laissé place à une grande allée
Tracée dans la prairie comme un malentendu


La prairie est la même et les peuples ont changé
L'histoire de ces hommes qui allaient libr’ et nus
S'est mêlée à la brume et aux antres cachés
De collines dont ils ne sont jamais revenus

D'autres humains sont là sur cette grande allée
Près d'un étrange oiseau posé sur le béton
Ils attendent debout comme une absolution
Le moment d'accomplir enfin leur destinée

Les regards sont ailleurs et les visages pâles
Lentement les hélices, et le bruit, et le vent
Les hommes montent à bord le cœur en diagonale
Et les roues qui décollent, et personne devant

Le grand oiseau d'acier s'élance et se soulève
Lourd et lent voyageur aux ailes immobiles
Pendant que d'autres dorment et que la nuit s'achève
Quelque part là-bas sur une sorte d'île

Enola Gay s'avance par dessus la mer
Chacun est à sa place lui en haut eux en bas
C'est un matin d'été où coule une rivière
Au milieu d'une ville qui n'en reviendra pas

Qui renonce à la paix? Qui décide la guerre?
Qui décide du temps de vivre et de l'effroi?
Enola Gay vole au-dessus d'Hiroshima
Grand oiseau d'acier brillant dans la lumière

enola gay,bombe A,hiroshima,guette,Un peu plus de huit heures un 6 août au matin
Chacun va dans sa vie et la ville est ardente
Le ciel est transparent mais personne ne voit
L'archange d'uranium achever sa descente

Quarante-trois secondes et dix mille soleils
Ecrivent le destin de cent mille humains
Collés dedans les murs, puis c'est le grand sommeil
Effacés à l'instant il ne reste plus rien

Puis encore le bruit le vent et la poussière
Et la boule de feu de ce matin d'été
Qui monte dans le ciel au-dessus des rizières
D'un côté c'est la mort de l'autre la liberté


    Enola Enola    Enola Enola
    Enola Gay    Mort et liberté

    Mais qui se souviendra
    De ce matin de feu

    Et qui le pleurera
    Verra brûler ses yeux


@ texte et musique John Goetelen

 



podcast

 

Les commentaires sont fermés.