Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Zürich: monsieur Égalité démissionne!

Moins d’un mois après être entré en fonction, Markus Theunert, le Monsieur Égalité du canton de Zürich, a présenté sa démission. Sur les pressions de la directrice. «Elles» ont donc eu sa peau, et vite fait. «Elles»? Celles qui dès le début ont été étonnées que l’égalité ne soit pas une chasse gardée féministe.

theunert.jpgDe Zorro...

Rappelons-nous de la réaction pour le moins étrange de la responsable du Bureau Fédéral de l’ Égalité lors de la prise de fonction de monsieur Theunert. Sa courte interview vaut largement toutes comme modèle de misandrie. Sylvie Durrer n’a pas eu peur du ridicule ni de montrer à quel point le féminisme politique n’est qu’une prise de pouvoir communautariste sur les rouages du pouvoir. Comment Markus Theunert allait-il survivre sur le territoire des prédatrices?

On le sait aujourd’hui: il n’a pas survécu. En cause: son appartenance à l’organisation masculine maenner.ch.

Waow, elles flinguent plus vite que les hommes!

On sait la polémique qui est sortie il y a deux semaines, sur le porno à l’école. On sait comment la position de l’organisation dont M. Theunert est président a été déformée de manière délirante par des journalistes dignes des chemises brunes. La campagne a été efficace. Maenner.ch ne proposait rien d’autre que de dépénaliser le fait pour des adultes de visionner de la pornographie avec des ados pour en faire une analyse critique. Mieux valait, du point de vue de maenner.ch, en parler avec eux que de les laisser visionner ces images seuls sur leurs portable. M. Theunert a clairement exprimé cette position, il n’y a pas à lui faire de procès d’intention. La proposition ne suscite pas l’unanimité mais elle touche un sujet tabou. C’est au moins son intérêt minimal. Ce qui a été dit dans la presse, que je préfère ne pas répéter, est juste ignoble. Une campagne comme on croyait seuls les nazis capables. Une campagne dont sont aujourd'hui capables les sbires des basses-oeuvres féministes.

La directrice du bureau zürichois de l’égalité, Helena Trachsel, de son propre chef ou sous des pressions trachsel.jpgcachées, a donc mis en demeure M. Theunert de choisir: son nouveau job ou l’association qu’il préside. Il faut ici noter que cette double appartenance était connue. On imagine que ses employeurs avaient épluché son CV. Rien n’avait été dit sur cette double appartenance au moment de sa prise de fonction. Ni par elle ni par Sylvie Durrer, qui tentait seulement de le ridiculiser en parlant à son propos de Zorro.


... à l'homme potiche

Et soudain madame Trachsel déclare au quotidien Le Temps:

«Je savais que l’engagement de Markus Theunert à la tête de männer.ch pouvait se révéler problématique, mais je n’ai pas voulu l’exclure d’emblée. Mes craintes ont toutefois été vite confirmées. Les comptes rendus récents dans les médias ont conduit à des irritations auprès des organisations partenaires.»

On peut épiloguer sur le bien-fondé de cette double appartenance. Là n’est pas le sujet puisqu’il a été engagé en connaissance de cause. Ce qui est en cause est que Markus Theunert soit un homme déterminé, sachant de quoi il parle, tout sauf un toutou-alibi pour les prédatrices des Bureaux de l’Égalité, tout sauf un homme mou, docile et malléable.

Car l'homme mou, docile et malléableest le seul modèle d’homme supportable pour les harpies. La preuve? La petite phrase lâchée un peu bêtement par madame Trachsel. Elle explique le titre de «Délégué aux questions masculines»: «ce titre était le moyen d’attirer des hommes sinon peu intéressés par la fonction de simple collaborateur scientifique».

Si l’on comprend bien, le titre de «Délégué aux questions masculines» signifie «femme de ménage» au masculin. Dans certains dialectes il pourrait même être traduit par «paillasson». Ou «toutou», «homme mou, docile et soumis». Quelqu’un de facilement manipulable, quoi. Un potiche.

Il est de plus en plus clair qu’un des grands enjeux du XXIe siècle sera d’éradiquer la Féminista et d’en décontaminer la société. D’ici là, la guerre sera sans merci.

 

FéministaCouv2.jpg

Les commentaires sont fermés.