Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Fausse accusation: épilogue judiciaire (1ère partie)

Je tourne la page. Le nouveau procureur nommé pour examiner ma plainte contre l’accusatrice suite à la récusdation du Procureur Claudio Mascotto par le Tribunal Fédéral, a à nouveau classé. J’aurais pu retourner au TF, aller même à Strassbourg. J’ai décidé d’arrêter là et de faire l’impasse sur une réhabilitation totale - qui aurait passé par la mise en accusation et la possible condamnation de l’accusatrice. Malgré la légitimité de ma démarche, j’admets que cette délinquante soit protégée et qu’elle n’aura pas à rendre compte de ses actes ni à assumer ses responsabilités. Après la fin du délai de recours, j’ai écrit au Procureur adjoint Dario Zanni pour lui faire part de mes commentaires. J’en livre ici quelques extraits.

 

Justice1-3.jpg“Monsieur le Procureur,

J’ai pris acte de votre décision de classement de ma plainte pénale citée en objet. Après avoir beaucoup hésité et réfléchi, évalué la possibilité d’aller éventuellement jusqu’à la Cour Européenne des Droits de l’Homme, j’ai décidé de ne pas faire recours contre ce classement et de tourner cette page de ma vie.

Je tiens toutefois à commenter votre décision.

Je suis en désaccord avec votre analyse et vos conclusions. Vous reprenez quelques propos de l’accusatrice, et surtout l’expertise psychiatrique et le diagnostic “borderline”. Au vu de l’absence totale d’antécédents psychiatriques, d’état dépressifs, ou autres manifestations, au vu des témoignages de ses amis proches et de sa mère, ce diagnostic est pour le moins étonnant.

...

Plusieurs mensonges importants ont été démontrés dès le début de l’instruction, et jusqu’au procès. Difficile de croire qu’ils n’ont pas été faits intentionnellement.

...

Vous ne tenez pas compte non plus d’un litige financier qui était au départ de son animosité contre moi, litige qu’elle a perdu avant de construire la plainte pénale.

Je constate aussi un désaccord sur la responsabilité du Dr Marc Leckie, qui a commis une faute professionnelle pour laquelle il a reçu un blâme par le Conseil de Surveillance des Professions de la Santé.

...

Je souligne ici également le rôle trouble du Centre LAVI, qui entérine de fait et sans enquête un statut de victime. On n’est plus dans les faits, on est dans l’émotion. C’est une anomalie.

Je constate avec regret le peu de cas qu’il a été fait de moi dans une affaire qui a ébranlé profondément ma vie et dont les conséquences ont été très graves sur ma réputation, ma santé et mon activité professionnelle. Ainsi, des années de ma vie ont été détruites au cours d’une instruction particulièrement longue, et il n’y a pas de responsable.

Je déplore ici l’acharnement dont j’ai fait l’objet de la part de Madame la juge d’instruction Isabelle Cuendet et du Procureur Claudio Mascotto.

Puisque l’accusatrice s’en sort protégée, je vous demande instamment qu’à l’avenir les hommes accusés fassent l’objet d’autant de sollicitude que les femmes qui accusent. Que les juges d’instruction soient réellement impartiaux. Que la justice n’accorde pas autant d’autorité à la psychiatrie dans une affaire de ce genre, au vu des interprétations relatives et des affirmations a posteriori.

Les fausses accusations sont de plus en plus fréquentes, et je demande instamment que, sans nier les faits graves dont des personnes sont victimes, une circonspection et une très grande rigueur soient de mise dans l’étude de tels dossiers, car être victime d’une fausse accusation est tout aussi grave. C’est un viol moral. Il y a des séminaires pour la police aux fin de dépister les fausses accusations: ne serait-il pas opportun que les magistrats en bénéficient eux aussi?

Dans cette affaire, j’ai vu une justice à deux vitesses. Je tourne aujourd’hui la page pour me construire une autre vie, mais je resterai extrêmement attentif aux dysfonctionnements de la justice et me permettrai d’en témoigner quand je le penserai utile.

Je vous prie d’agréer,…”


Dans la 2e partie à lire ici, j’ajoute quelques commentaires et une nouvelle assez surprenante et éclairante...

Commentaires

  • tres intiresno, merci

  • Malgré que des personnes se voient condamner à cause de contrevérités d'expertises psychiatriques, suite à des fausses accusations d'autrui, c'est que je vis, on ne tient pas compte de mes plaintes pour fausses accusations, mais de ces dernières. Comment lutter contre ce système judiciaire souverain du peuple ?

  • Malgré que des personnes se voient condamner à cause de contrevérités d'expertises psychiatriques, suite à des fausses accusations d'autrui, c'est que je vis, on ne tient pas compte de mes plaintes pour fausses accusations, mais de ces dernières. Comment lutter contre ce système judiciaire souverain du peuple ?

  • Malgré que des personnes se voient condamner à cause de contrevérités d'expertises psychiatriques, suite à des fausses plaintes d'autrui, c'est ce que je vis. On ne tient pas compte de mes plaintes pour faux, malgré que je sois victime d 'une cabale d'un groupe de personnes en milieu rural. Aujourd'hui je suis convoqué pour une expertise psychiatrique? craignant le système judiciaire librement souverain du peuple ?

  • Bravo, pour votre courage.

    Moi-même, j'ai eu à subir des outrages et des diffamations, mais je ne suis jamais allé au bout de mon désir de poursuivre, ceux qui, en toute impunité, avaient décidé de me salir, uniquement parce que je suis de droite et n'ai JAMAIS appartenu à cette fange-gauchiste qui nous fait HONTE.

    Très cordialement

Les commentaires sont fermés.